Un accompagnement sensible ancré dans l’expérience subjective

La question existentielle de la mort est une thématique fréquemment abordée en accompagnement et en psychothérapie. Soit elle est au centre de l’intervention, comme en soins palliatifs. Soit, elle apparaît d’emblée comme motif de consultation en psychothérapie, il s’agit alors de réflexions sur sa propre mort ou sur celle d’un proche, à l’occasion d’une maladie ou d’un deuil par exemple. Soit, elle émerge au cours de la thérapie et cette question devient alors un enjeu thérapeutique durant l’accompagnement (Ratté, Dubois, Caouette. Roussin et Goyer, 2016; Ratté, Caouette, Dubois et Lesage, 2008). L’intervenant est lui-même interpellé par cette question de la mort et il doit être au fait de sa propre expérience afin de proposer au client un accompagnement sensible et respectueux qui reconnait l’aspect profondément subjectif de cette expérience existentielle.

Les accompagnants, qu’ils soient psychothérapeutes, psychologues, médecins, travailleurs sociaux, infirmières ou intervenants en soins spirituels, peuvent être démunis devant ces questions touchant au thème de la mort. Parfois, ils ont reçu peu de formations spécifiques sur le sujet, parfois, ils n’ont pas eu l’occasion d’explorer en profondeur leur propre vécu à propos de la mort. Cette session leur permettra d’aborder ces deux aspects : mieux se situer personnellement devant l’expérience de la mort et développer des moyens concrets pour soutenir la démarche du client de manière sensible et respectueuse.

Objectifs

Au terme de la formation, les participants seront à même de (d’) :

  1. Situer la question existentielle de la mort dans le contexte particulier d’un accompagnement ou de la psychothérapie;
  2. Identifier le caractère subjectif des expériences liées à la mort;
  3. Explorer, à l’aide d’une démarche spécifique impliquant les images mentales eidétiques, certains aspects de la question existentielle de la mort en accompagnement et en psychothérapie.

FORMATION CONTINUE Québec
27 et 28 novembre 2020


  • Lieu
  • Centre de Spiritualité des Ursulines
  • 20 rue des Dames-Ursulines, Québec, QC, G2B 2V1
  • Coût 
  • 470$ (dîner inclus) si inscription avant le 15/09/2020
  • 12 h de co-développement

Formatrice : Louise Caouette, Ph.D. Sc.or.; M.Ps. Psychologue et psychothérapeute.

Le paiement complet par chèque est requis pour l’inscription. Le chèque sera déposé un (1) mois avant la date de la formation.

Contenu

1- Réflexions sur le thème de la mort

a. Aspects philosophiques et psychologiques
i. Survol de conceptions occidentales et orientales sur la mort

b. La question de la mort en accompagnement et en psychothérapie
i. Comme motif de consultation : ma propre mort, celle de l’autre
ii. Comme thème émergeant au fil de la psychothérapie

2- La mort : une expérience subjective

a. Explorer son propre vécu, ses attitudes, ses croyances devant la mort
i. Exercices pratiques d’exploration

b. Accueillir l’expérience unique de l’autre
i. S’ouvrir à l’intersubjectivité

3- Exploration de la question existentielle de la mort à l’aide des images mentales eidétiques

a. L’image mentale eidétique comme expression de l’expérience
i. Survol de l’expérience ISM

b. Démarche pour faciliter l’exploration des représentations internes et des expériences profondes liées à la thématique de la mort
i. Procédure spécifique

c. Exploration eidétique à l’aide de diverses images qui peuvent soutenir une démarche d’accompagnement impliquant les thématiques de la mort, de la peur, de la perte et du deuil


Stratégies pédagogiques

Des exposés théoriques présentant les concepts fondamentaux liés à la question existentielle de la mort en accompagnement alterneront avec des expérientiels qui permettront aux participants de bien éprouver les notions présentées et d’apprivoiser la démarche d’intervention proposée. Un apport didactique pour faciliter l’utilisation des images complétera la démarche pédagogique.

Formatrice

Louise Caouette est psychologue et psychothérapeute et elle détient un PhD en sciences de l’orientation. Elle est formée à la Gestalt-thérapie et à la psychothérapie eidétique. Sa thèse de doctorat portait sur l’expérience d’émergence de soi en psychothérapie eidétique. Elle exerce en pratique privée et elle est directrice de l’Institut canadien de l’image eidétique. Elle a formé et supervisé plusieurs intervenants à la psychothérapie eidétique au Québec et en France. Louise Caouette est chercheuse associée au centre de recherche CRIEVAT de l’Université Laval et ses intérêts de recherche portent sur les fondements de l’accompagnement psychologique et sur l’émergence de soi en psychothérapie.